Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 11:48

,

 

banques-cartel-a-table-copie-1.jpg

 

 

 

 

" Le mal n'a besoin pour progrésser

que de l'inaction des gens de bien .

Edmund Burke "

 

 

http://www.reloveutions-nous.com/wwwreloveutions-nouscom-article-134le-triomphe-francais-ou-le-nouvel-ordre-mondial

 



 

 

Tous les pouvoirs sont désormais le fait de minorités agissantes, parmi lesquelles la caste des grands nantis de la planète est de loin la plus dévastatrice car c'est elle qui ordonne a toutes les autres. La caste des grands nantis, c'est cette minucule frange de la population mondiale qui dispose a elle seule de 98% des richesses de la planète alors qu'elle ne représente que 2% à 3% de la population mondiale soit environ 140 à 210 millions d'individus. De plus, elle a via de grands groupes d'envergure planétaire, le contrôle total de l'offre.

 

 

 


 

 

 


..

 

 

.

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 00:02

 

 

 

 

palestine-historique.jpg

 

 

 

 

..
.
Deux ans après la disparition de l'Abbé Pierre, son testament vient d'être rendu public. ... avec l'aide de Dominique Villemot dans lequel il s'adresse à la jeunesse

L'Abbé Pierre a laissé un testament...
Il s'adresse aux Jeunes


Deux ans après la disparition de l'Abbé Pierre, son testament vient d'être rendu public. Mais ce n'est pas un testament comme les autres, puisque celui-ci est musical. Le site Rtlinfo.be révèle que le fondateur d'Emmaüs avait enregistré en secret un disque avec l'aide de Dominique Villemot dans lequel il s'adresse à la jeunesse.

Sur les textes de l'Abbé Pierre, Domminique Villemot a mis une musique électronique efficace et épurée. Ce testament musical s'apparente à l'héritage que l'Abbé Pierre souhaitait laisser aux jeunes. Celui-ci a souvent regretté que, de par son âge, ses mots ne soient pas plus entendus par les générations plus jeunes.

Dans ce "slam" intitulé "Pourquoi vivre", le défenseur des sans-logis s'exprime avec son franc-parler singulier et annonce aux jeunes : « C'est sûr, vous allez être la plus heureuse ou la plus malheureuse des générations qui n'ait jamais existé. Si vous entrez dans la vie avec cette idolâtrie de votre moi, vous êtes à plaindre d'avoir 20 ans aujourd'hui.[...] Nous avons le devoir d'être heureux ».
.
Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 20:55

 

 

 

hessel

 

 

Une grande voix libre, celle de Noam Chomsky, comme celle du résistant Stéphane Hessel auteur de "Indignez-vous" contre l'intolérable (eva)

 

19 mai 2012

Les 10 stratégies de manipulation des masses

http://globalpresse.wordpress.com/2012/05/19/5963/

51

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité.

 

1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes. »

 

Noam CHOMSKY

A propos des « dix stratégies de manipulation de masses » attribué à Noam Chomsky (legrandsoir.info)

 

http://globalpresse.wordpress.com/2012/05/19/5963/

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 06:16

 

 

SCOOP : Les footballeurs ne veulent pas d’un Euro en Israël

Publié le 1 décembre 2012

17

 

Didier Drogba / Image: Keystone

Didier Drogba / Image: Keystone

 

 

Une soixantaine de footballeurs professionnels, dont Didier Drogba, Eden Hazard ou encore Jérémy Ménez, ont adressé une lettre à l’UEFA pour protester contre sa décision de confier à Israël l’organisation de l’Euro 2013 des moins de 21 ans.


Les signataires estiment que l’instance européenne du football ferme les yeux sur la récente offensive israélienne sur la bande de Gaza.

Dans la lettre, les footballeurs expriment leur «solidarité avec le peuple de Gaza qui vit depuis trop longtemps en état de siège, et dont on refuse les droits humains les plus fondamentaux: la dignité et la liberté».


«Actes contraires aux valeurs du sport»


Les signataires ont pointé du doigt les bombardements, dont celui du Palestine Stadium de Gaza qui a tué quatre adolescents le 10 novembre, ainsi que la situation d’Omar Rowis (23 ans) et Mohammed Nemer (22 ans) du club d’Al Amari, emprisonnés en Israël.

«C’est inacceptable que des enfants soient tués alors qu’ils jouent au football. Dans ces circonstances, l’accueil du Championnat d’Europe des moins de 21 ans serait perçu comme une récompense pour des actes contraires aux valeurs du sport», continue la lettre, qui demande que les Palestiniens «soient protégés par la communauté internationale».

Les hostilités entre armée israélienne et groupes palestiniens de la bande de Gaza, du 14 novembre à l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu le 21 novembre, ont coûté la vie à 166 Palestiniens et six Israéliens, en majorité des civils dans les deux camps.

Source: (si/Newsnet)


Note de la rédaction:

 

Ce qui est surprenant dans cette affaire, ce sont les signatures d’Eden Hazard et de Didier Drogba, surtout le premier qui joue à Chelsea et le second qui rejoint son ex club pour un mois avant la CAN. En effet, le boss du club, le Russe Roman Abramovitch, qui serait très attaché à Israël en tant que juif.


http://allainjules.com/2012/12/01/scoop-les-footballeurs-ne-veulent-pas-dun-euro-en-israel/

 

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 03:56

 

 

Contre l'austérité imposée aux peuples,

contre le chômage,

contre la vie chère,

contre la perte de notre souveraineté,

 

 

 

 

Gréve Générale ...

 

 

 

Grève générale 1411

 

.
.
..
En espérant que ce mouvement populaire sera le déclencheur
d'un changement radical indispensable...
.
Lire ausssi mon post :
.
Repost 0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 23:28

 

 

 

SOS BANI WALID : Tous au Chatelet pour dénoncer le massacre d’innocents en Libye

Publié le 27 octobre 2012

9

 

 

 

 

Rappel :

 

Rassemblement pour dénoncer les massacres de Bani Walid

Dimanche 28 octobre 2012 à 15 heures

Devant la Fontaine des Innocents

Place des Innocents

PARIS – LES HALLES

Métro/RER : Chatelet / Les Halles ligne 4 RER: A, B et D.

 


La situation désespérée de la ville libyenne de Bani Walid assiégée depuis plus de deux semaines, sous un silence médiatique complet, nous interpelle.

La situation se dégrade de jour en jour car la ville est bombardée et agressée par des milices. Ses citoyens souffrent d’un terrible manque de produits de première nécessité. Des milices armées pilonnent les zones civiles, tuent des innocents et des familles, détruisant des maisons, des bâtiments publics et les infrastructures sanitaires et sociales. Les victimes sont pour la plupart des enfants, des personnes âgées et des femmes, qui ne demandent qu’à vivre en paix chez eux.

Ceux qui tentent de quitter la ville sont maltraités et abusés par ces milices tribales et des djihadistes qui agissent par vengeance et recherchent les personnes déplacées. Ils refusent de les laisser quitter les lieux en raison de leur titre, de leur appartenance tribale ou de leurs liens supposés avec l’ancien régime.

La situation humanitaire dans la ville est extrêmement tragique et désespérée. Les personnes malades et les blessés, les femmes enceintes et les victimes des bombardements n’ont pas accès à l’hôpital et à une assistance médicale en raison d’un manque de carburant pour leurs véhicules. Il y a également une grave pénurie de médicaments, de matériel médical et d’oxygène.

L’hôpital, bondé, est sature de blessés graves et de cas critiques. De nombreuses femmes enceintes ont dû accoucher à leur domicile, ce qui peut entraîner des complications et mettre les mères et les enfants en danger de mort.

Le manque de matériel médical, dont la rareté de l’oxygène nécessaires pour les opérations et les césariennes ont même met en danger la vie de ceux qui ont la chance d’arriver à l’hôpital.

Ajouté à l’absence d’équipements de base, de médicaments, d’une grave pénurie de carburant, essentiel pour générer de l’électricité nécessaire au f fonctionnement des appareils médicaux, l’hôpital de la ville est dans un triste état. Le spectre de la famine et d’une sévère malnutrition est à l’horizon accompagné de pénuries en denrées alimentaires de base, en particulier les préparations pour les nourrissons.

Des mesures urgentes et concrètes doivent être prises pour faire arrêter le massacre et fournir une aide immédiate à la population de Bani Walid.

Tous ceux qui ont prétendu apporter la démocratie en Libye, en prétextant la défense des droits de l’homme, y compris à coups de missiles, doivent se mobiliser pour faire cesser ce massacre.

Notre gouvernement, qui a voulu cette guerre destructrice, porte une lourde responsabilité envers le peuple libyen, et se doit d’assumer le désastre humanitaire qui s’annonce à Bani Walid

Nous somme là pour l’interpeller et le lui rappeler.

Des citoyens et citoyennes pour la paix et la justice

 

Source : La Voix de la Libye

 

http://allainjules.com/2012/10/27/sos-bani-walid-tous-au-chatelet-pour-denoncer-le-massacre-dinnocents/

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 19:23

 

 

manifestation-jeune-grece
http://www.nouvelordremondial.cc/2008/12/17/lepopee-grecque/

 

Espagne/Manifestations: "La violence, c'est de gagner 600 euros"


PDF Imprimer Envoyer

Samedi, 12 Mai 2012 21:29

 

L'été européen sera chaud. Des milliers de manifestants en colère se sont réunis samedi dans le centre de Madrid. Ils sont redescendus dans la rue un an après la naissance de leur mouvement surgi en Espagne pour dénoncer la crise, la corruption et le chômage. A Londres et au Portugal, le mouvement a aussi fait entendre sa voix.

 

Reprenant leurs slogans favoris comme "ils ne nous représentent pas", accompagnés de tambours, les manifestants arrivés en colonnes des quatre coins de la ville ont convergé vers la Puerta del Sol, la place du centre de Madrid, qui a vu naître le mouvement, le 15 mai 2011.


Ils ont l'intention d'y organiser pendant quatre jours une "assemblée permanente", contournant l'interdiction officielle selon laquelle les manifestations devront prendre fin chaque soir à 22h00. D'autres manifestations étaient prévues dans 80 villes d'Espagne.

"La violence, c'est de gagner 600 euros"


"Il est important de montrer que nous sommes toujours là, que des milliers de gens veulent un changement", a expliqué une employée de bureau de 23 ans, qui portait une petite pancarte avec l'inscription: "un autre monde est possible". "Votre dette, ne la payons pas", annonçait une grande banderole, ou encore "Nous ne sommes pas des marchandises aux mains des politiques ou des banquiers", "La violence, c'est de gagner 600 euros".


"Nous sommes ici parce que nous restons indignés par les politiques d'austérité que nous impose l'élite économique", a déclaré un étudiant en philosophie de 21 ans, qui se dirigeait avec des milliers d'autres manifestants vers la Puerta del Sol. Il voulait croire que "le mouvement continue avec le même élan".


C'est sur cette place que s'était installé, il y a un an, le campement des "Indignés", avant de faire des émules dans le monde entier. Pendant un mois, cet assemblage de tentes et de bâches était devenu le symbole d'un ras-le-bol qui avait surpris un pays où, malgré la crise, le mécontentement s'était jusque-là peu exprimé./ats


http://www.news26.tv/cosmopolite/1880-espagnemanifestations-qla-violence-cest-de-gagner-600-eurosq.html

 

 

.

 

La zone euro de mal en pis, le désarroi se répand partout : En Grèce, dans les instances européennes, en Espagne, en Italie...

Publié le 15 mai 2012 dans Facebook 

http://www.u-p-r.fr/actualite-facebook/la-zone-euro-de-mal-en-pis-le-desarroi-se-repand-partout

 


La journée du 14 mai 2012 a marqué une nouvelle et forte dégradation de la situation globale en zone euro

:

EN GRÈCE

Alors que des rumeurs avaient circulé pendant le week-end sur un possible « gouvernement de technocrates » qui aurait permis de ne pas reconvoquer des élections, la Grèce n’est toujours pas parvenue, ce lundi, à se sortir du casse-tête politique, économique et social dans laquelle l’a plongée l’euro.

La probabilité que la toute nouvelle assemblée nationale soit dissoute dans l’espoir de voir émerger une coalition majoritaire s’est donc encore accrue.

Mais ce pourrait être un remède pire que le mal aux yeux des européistes, qui craignent que tout cela ne débouche sur une majorité plus écrasante encore en faveur d’un rejet des plans de destruction du pays concoctés par la Commission européenne, le FMI et les grands établissements bancaires.

DANS LES INSTANCES EUROPÉENNES

Cette perspective de plus en plus chaotique en Grèce a conduit l’inamovible président de « l’eurogroupe », le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, à se livrer à un exercice de « langue de bois » digne de la Haute Époque brejnévienne. D’un coup de menton, cet européiste caricatural a affirmé devant la presse que « les pays membres de la zone euro ont l’intention inébranlable de conserver la Grèce dans l’union monétaire ».

Pour qui connaît les allées du pouvoir européiste, cette déclaration signifie exactement le contraire. Car M. Juncker n’aurait jamais affirmé pareille certitude si le problème, justement, ne se posait pas.

Il l’a d’ailleurs puérilement avoué quelques instants après, en critiquant violemment la « propagande » [sic !] de ceux qui évoquent la possibilité qu’Athènes soit exclu de l’euro. Il a ainsi éructé : « Nous sommes 17 États membres copropriétaires de notre monnaie commune, je n’envisage pas une seconde que la Grèce quitte la zone euro, c’est du non-sens, c’est absurde, c’est de la propagande. »

Notons au passage, pour les amateurs de précision, que M. Juncker parle bien de « monnaie commune » et non pas de « monnaie unique ». Cela confirme ce que j’expose depuis des années dans mes interviews et dans mes conférences. Cela prouve aussi qu’à la différence de certaines de nos « vedettes » de l’élection présidentielle (qui croyaient malin de proposer de transformer l’euro en… une monnaie commune, ce qu’elle est déjà !!), M. Juncker sait au moins comment fonctionne l’euro.

EN ESPAGNE

Un malheur n’arrivant jamais seul, on a appris le même jour que l’Espagne peinait à emprunter les 3 milliards d’euros dont elle avait besoin. Elle est parvenue à lever tout juste 2,903 milliards d’euros à 12 et 18 mois et elle a dû concéder des taux en hausse sensible sur les deux échéances : à 2,985% pour les bons à 12 mois (contre 2,623% le 17 avril) et à 3,302% pour les bons à 18 mois, (contre 3,110% à la même date).

Cette dégradation des conditions d’emprunt signifie que les marchés financiers sont de nouveau inquiets sur l’Espagne, et en particulier sur son secteur bancaire, sur la crise de l’immobilier espagnol, et sur l’impact de tout cela sur la BCE et sur l’euro.

On a en effet appris que la dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a atteint en avril un record historique, à 263,5 milliards d’euros. Ce montant témoigne de la difficulté extrême des banques espagnoles à recourir au marché (au lieu de la BCE) pour se financer. Le recours des banques espagnoles à la BCE, qui avait grimpé jusqu’à 131,9 milliards d’euros en juillet 2010, avait depuis régulièrement baissé, descendant jusqu’à 42,2 milliards en avril 2011.

Avec 263,5 milliards d’euros, il a donc été multiplié par 6 en un an !
C’est dire à quel point le climat de défiance des marchés financiers est général vis-à-vis de l’Espagne.

Pour tenter d’y porter remède, le gouvernement de M. Rajoy vient d’obliger les banques à provisionner dans leurs comptes encore 30 milliards d’euros supplémentaires en 2012. Les quatre plus grands établissements financiers espagnols (Santander, BBVA, CaixaBank et Bankia en voie de nationalisation partielle), devront à elles seules passer plus d’un tiers de ce montant (11,3 milliards d’euros).

Cette nouvelle exigence s’ajoute aux précédentes mesures introduites en février, qui imposaient déjà 53,8 milliards d’euros de provisions de plus en 2012 aux banques.

C’est dire que le gouvernement espagnol estime qu’il y a au moins 83,8 milliards d’euros de créances immobilières pourries dans le système bancaire du pays… La spéculation immobilière place ainsi notre voisin ibérique de plus en plus près du gouffre.

EN ITALIE

Enfin, cerise sur le gâteau immangeable de l’euro, on a appris ce 14 mai au soir que l’agence de notation Moody’s a décidé d’abaisser immédiatement la note de crédit de long terme de… 26 banques italiennes.

Les abaissements vont d’un à quatre crans, avec un cran pour les deux plus grandes banques du pays UniCredit et Intesa Sanpaolo, toutes deux ramenées à A3.

Plus grandiose encore, la perspective est négative pour toutes les banques concernées. Ce qui signifie que Moody’s envisage d’abaisser encore ces notes, si les problèmes de financement s’aggravent, en cas de récession prolongée ou encore en cas d’abaissement de la note de l’État italien.

Les notes des banques italiennes font maintenant partie des plus basses chez les pays européens avancés.

 

CONCLUSION

L’enfoncement de la Grèce dans le chaos a fait plonger toutes les bourses mondiales (Paris a perdu -2,3 % et Wall Street près de – 1%) et a fait baisser l’euro par rapport au dollar.

On imagine à peine ce qu’il en serait si c’était ensuite au tour de l’Espagne et de l’Italie de sombrer à leur tour dans « l’euro-chaos ».

Dans ce contexte d’effondrement général, la seule chose qui grimpe, c’est… le nombre des adhérents de l’UPR. Le flux d’adhésions à notre mouvement se poursuit de plus belle ; nous aurons l’occasion de faire le point prochainement pour nos lecteurs.

 

à lire également

 

__________________

;

Israël :

 

Israel/Manifestations: Le retour des tentes?
Samedi, 12 Mai 2012 20:59

  

Israel renoue avec la grogne des populations défavorisées. L'augmentation vertigineuse du cout de la vie promet un été chaud. La dernière coalition laissant le pays sans opposition marque un moment propice pour l'expression d'un mécontentement populaire.


Des Israéliens défilaient samedi à Tel Aviv, Jérusalem et dans d'autres villes du pays pour dénoncer le coût de la vie, la faiblesse des salaires et réclamer une meilleure éducation.


Selon le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, plus d'un millier de manifestants défilaient à Tel Aviv.


La participation était moins importante que l'an dernier quand les manifestations avaient réuni des centaines de milliers de personnes et installé des campements dans le centre-ville. AP


http://www.news26.tv/proche-orient/1879-israelmanifestations-le-retour-des-tentes.html

 

 

.

La Grèce nous montre comment protester contre un système en panne [Traduction, The Guardian]

17 février 2012
Par
Photograph: Orestis Panagiotou/EPA

Traduction [imparfaite, sans doute] d’un article de John Holloway () d’aujourd’hui, qui explique pourquoi la Grèce nous montre comment protester contre un système en panne (article disponible ici : « Greece shows us how to protest against a failed system« .

Je n’aime pas la . Je ne pense pas que beaucoup de choses peuvent être acquises en incendiant des banques et en brisant des vitrines. Et pourtant je ressens une sorte de plaisir quand je vois la réaction à Athènes et dans les autres villes de Grèce suite à l’acceptation par le parlement grec des mesures imposées par l’Union européenne. Mieux : s’il n’y avait pas eu une explosion de colère, je me serais senti à la dérive dans une mer de dépression.

Ma joie est une joie de voir que les opprimés battus se vengent, qu’une situation soit en passe de s’inverser. La joie de voir ceux dont les joues ont été giflées mille fois rendre la gifle. Comment pouvons-nous demander aux gens d’accepter docilement les coupures féroces dans leur niveau de vie que les mesures d’austérité imposent ? Pouvons attendre d’eux qu’ils soient d’accord pour que l’énorme potentiel créatif de tant de jeunes soit juste éliminé, que leurs talents soient pris au piège dans une vie de chômage de longue durée ? Et tout çela pour que les banques puissent être remboursées, et que les riches deviennent plus riches ? Et tout cela, juste pour maintenir un système capitaliste qui a depuis longtemps dépassé sa date de péremption et qui n’offre désormais plus rien au monde, si ce n’est sa destruction. Pour que les Grecs acceptent docilement les mesures, il consisterait à rajouter de la dépression à la dépression, la dépression d’un système qui a échoué, aggravée par la dépression de la dignité perdue.

La violence de la réaction de la Grèce est un cri vers . Combien de temps allons-nous rester en place et voir déchiré par ces barbares, ces riches, ces banques ? Combien de temps allons-nous rester là à regarder l’augmentation des injustices, consultez le démantèlement des services de santé, une éducation réduit à un non-sens, les ressources en eau du monde privatisées, des communautés anéanties et la terre déchirée par les bénéfices des sociétés minières?

L’attaque qui est si aiguë en Grèce se déroule dans le monde entier. Partout l’argent a soumis l’homme et la vie non humaine à sa logique, la logique du profit. Ce n’est pas nouveau, mais l’intensité et l’ampleur de l’attaque est nouvelle, et la prise de conscience générale que la dynamique actuelle est un processus dynamique vers la mort est nouvelle également , qu’il est probable que nous soyons tous en direction de l’anéantissement de la vie humaine sur terre . Lorsque les savants commentateurs expliquent les détails des dernières négociations entre les gouvernements sur l’ avenir de la zone euro , ils oublient de mentionner que ce qui est en cours de négociation est clairement l’avenir de l’humanité.

Nous sommes tous des Grecs. Nous sommes tous les sujets, dont la subjectivité est simplement écrasée par le rouleau compresseur d’une histoire déterminée par le mouvement des marchés monétaires. Des millions d’Italiens ont protesté à maintes reprises contre Silvio Berlusconi, mais ce sont les marchés monétaires qui l’ont amené vers le bas. La même chose en Grèce : manifestation après manifestation contre George Papandreou, ce sont les marchés monétaires qui l’ont licencié. Dans les deux cas, les serviteurs loyaux et éprouvés de l’argent ont été nommés pour prendre la place des politiciens déchus, sans même un semblant de consultation populaire. Cette histoire n’est même pas construite par les riches et les puissants, mais ils en tirent certainement du profit : cette histoire est faite par une dynamique que personne ne contrôle, une dynamique qui est de détruire le monde, si nous le lui permettons.

Les flammes d’Athènes sont celles de la colère, et nous nous en réjouissons. Et pourtant, la rage est dangereuse. Si elle est retournée contre des personnalisés ou des groupes particuliers de personnes ( les Allemands, dans ce cas ), elle peut facilement devenir purement destructrice. Ce n’est pas un hasard que le premier ministre à démissionner en signe de protestation contre la dernière série de mesures d’austérité en Grèce soit un chef de file du parti d’extrême droite, le Laos. La rage peut facilement devenir un nationalisme, un fascisme, même ; une rage qui ne fait rien pour rendre le monde meilleur. Il est important, alors, qu’il soit clair que notre rage n’est pas une rage contre les Allemands, pas même une rage contre Angela Merkel ou David Cameron ou Nicolas Sarkozy. Ces politiciens sont des symboles simplement arrogants et pitoyables de l’objet réel de notre colère – la règle de l’argent, la soumission de toute la vie à la logique du profit.

L’amour et la rage, la rage et l’amour. L’amour a été un thème important dans les luttes qui ont redéfini le sens de la politique au cours de la dernière année, un thème constant des mouvements « occupy », un sentiment profond, même au cœur des affrontements violents dans de nombreuses régions du monde. Mais l’amour se promène main dans la main avec la rage, la rage de «comment osent-ils nous prendre nos vies, comment osent-ils nous traiter comme des objets ». La rage d’un monde différent qui force son chemin à travers l’obscénité du monde actuel. Peut-être.

Cette recherche d’un monde différent n’est pas seulement une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Cela implique nécessairement la construction patiente d’une manière différente de faire les choses, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutien mutuel. Derrière le spectacle des banques qui brûlent en Grèce, il y a un processus plus profond, un mouvement plus calme de personnes qui refusent de payer les tickets de bus, les factures d’électricité, les péages autoroutiers, les dettes bancaires ; un mouvement, né de la nécessité et de convictions, de personnes organisant leur vie d’un manière différente, en créant des communautés de réseaux de soutien et en partageant de la nourriture, occupant des bâtiments vides et des terres, créant des jardins communautaires, retournant à la campagne, en tournant le dos aux politiciens (qui ont maintenant peur de se montrer dans les rues) et créant des formules de démocratie directe pour prendre des décisions sociales. C’est peut-être encore insuffisant, encore au stade expérimental, mais c’est crucial. Derrière les flammes spectaculaires, c’est cette recherche et cette création d’une autre façon de vivre qui va déterminer l’avenir de la Grèce, et du monde.

Ces actions de samedi prochain à travers le monde ont pour but d’appuyer la révolte en Grèce. Nous sommes tous des Grecs.

.

La Grèce nous montre comment protester contre un système en panne [Traduction, The Guardian]

 

.

 

  1. Austérité et fascisme en Grèce – la véritable doctrine des 1% [traduction] Austérité et fascisme en Grèce - la véritable doctrine des 1%. Traduction d'un article de Mark Ames du 16 novembre dernier. Mark Ames est écrivain et l'éditeur de www.exiledonline.com. Il...
  2. La défaite de l’Etat grec [The New York Times] [traduction] À l'automne dernier, j'ai rencontré Andreas Deliyannis, 55 ans environ, qui avait perdu son emploi de vendeur de pièces détachées automobiles. « On ne se fait plus d'illusions. Pas sur...

 

.

URGENCE - APPEL A L'AIDE DE GRÈCE 
Merci de faire suivre
   
Chers camarades.  
La situation en Grèce est de plus en plus critique. Syriza (gauche radicale) et Alexis Tsipras( leader de la coalition de gauche radicale) sont les cibles de pressions et d'attaques inimaginables, par tous les grands médias et l'ensemble des autres partis, pour qu'ils renoncent a leurs engagements de ne payer la dette et d'annuler les mesures d’austérité. Pour le moment ils tiennent bon et cela bien que les autres partis et organisations de la gauche grecque persistent à ne pas exprimer la moindre solidarité à Syriza, quand évidemment ils ne les attaquent pas (c'est le cas surtout du PC grec) avec une violence inouïe. C'est donc maintenant, que Syriza a besoin de votre solidarité, de la solidarité de la gauche partout en Europe ! Alors, c'est à vous de décider comment exprimer cette solidarité, l'essentiel étant de la manifester le plus vite possible."
Yorgos M.
  
De tout coeur avec le peuple grec, nous sommes tous grecs


 

Infos récentes :


 

Enfin ! Bush et Blair reconnus coupables de crimes de guerre (vidéo)

 

Tout ce que les Médias ne disent pas sur l' OTAN (Dossier)

 

Sarkozy prêt à "flinguer" ceux qui lui résistaient ! (vidéo, Kofi Yamgnane)

 

Fukushima : L'hémisphère nord est-il menacé ? Quelles évacuations ?

 

Syrie : Une stratégie de la tension organisée par une coalition extérieure

 

2012 : De la faillite des banques vers l'hyperinflation ?

 

La vérité sur Israel et le 11 septembre à la télé française (vidéo)

 

La Grèce doit quitter l'euro, bienfaits qu'elle en retirera (économiste)

 

Après son refus de payer sa dette, l’Islande fera le triple de la croissance de l’UE en 2012

 

Terrorisme d'État à Brindisi en Italie pour stopper les révoltes sociales ?

 

Bahrein : Les USA contre les opposants, à l'inverse de la Syrie (vidéo)

 

Londres se transforme en un état policier militarisé en préparation des J.O.

 

.

 

manuel_valls_-_sebrieu.jpg

 

 

 

 

Manuel Valls: Cet homme est dangereux !

 

Alerte ! Manuel Valls est un homme de droite
déguisé en homme de gauche.
Il nous est imposé par les Médias aux ordres
des banquiers et du Nouvel Ordre Mondial
pour être le prochain Président PS de la France,
celui qui achèvera d'ôter tout ce qu'il reste de gauche
au PS. Il est l'ennemi du peuple !
eva R-sistons

 

 

Dossier spécial manuel Valls: « Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël »

 


Lire le dossier contre M. Valls très bien monté sur ce site :
Avec le texte intégral de la Lettre de Martine Aubry à M Valls
Le nouveau Ministre de l'Intérieur etc etc
(cliquer sur le lien ci-dessous)

 

Manuel Valls veut une gouvernance mondiale

 

Jeudi 23 décembre 2010

 

 



 

Alerte ! Après Sarkozy, DSK, les Médias nous imposent Manuel Valls (eva)

 

 

 

 

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 18:12

 

 

Jean Charest haussa le ton et sa voix menue fut entendue jusqu’au fond du Salon bleu par les reporters de la presse docile. Ce n’est pas la fin de règne qu’il avait souhaitée. La clique de journalistes qui lui sont attachée comprit qu’ils devaient s’ajuster, car bientôt eux tous devraient servir un nouveau sous-fifre.

  


Robert Bibeau
Samedi 19 Mai 2012


FIN DE RÉGIME À QUÉBEC - NE TOUCHEZ PLUS À NOS ENFANTS, MANANTS!

(Signé par un carré rouge et blanc)

robertbibeau@hotmail.com

19.05.2012

FIN DE RÉGIME À QUÉBEC

Jean Charest haussa le ton et sa voix menue fut entendue jusqu’au fond du Salon bleu par les reporters de la presse docile. Ce n’est pas la fin de règne qu’il avait souhaitée. La clique de journalistes qui lui sont attachée comprit qu’ils devaient s’ajuster, car bientôt eux tous devraient servir un nouveau sous-fifre.

Dans ses rêves les plus fous, Charest s’était vu quittant la vie publique sous les applaudissements de ses partisans, bénéficiant de l’entendement complaisant de ses mandants, hypocrites et soumis, chacun ayant un bon mot pour lui, plutôt que ces chuchotements venant du fond du parlement en ces derniers moments de son gouvernement décadent.

Foin de cette gloire éphémère! Les rues de Montréal, de Québec, de Sherbrooke, de Gatineau, de Rimouski sont maintenant jonchées de verre brisé, d’affiches le conspuant, de pancartes le ridiculisant, lui le manant. Les rues de ces cités remplies de chiens enragés, de chevaux apeurés, de policiers ameutés, casqués, masqués, armés, rangés, boucliers et matraques levés, discrédités, défiés par ces milliers et ces milliers d’enfants, d’adolescents, de jeunes et de parents endoloris par ce gâchis. Parents heurtés certes mais fiers de leur progéniture - plus déterminée que nous ne l’avons jamais été - à rejeter le diktat des haut placés – des capitalistes milliardaires et de leurs thuriféraires tellement désolés – non pas désolés de voir nos jeunes matraqués, pas du tout – désolés de se voir gâcher leur sortie de piste après des années de bons et loyaux services au service des riches.

Depuis le début de ce conflit le 12 février dernier, contre ces jeunes malappris, pense-t-il; qu’il traita avec mépris du haut de sa grandeur légitime, pense-t-il; jusqu’à ce chant du cygne de la disgrâce commandé par ceux qui à Sagard avaient placé en lui toute leur confiance, aujourd’hui déçue, pense-t-il.

Ti-Jean, transfuge de Conservateur-libéral à Libéral-conservateur, n’a-t-il pas reçu le sceptre du pouvoir des mains de celui qui le détient ? N’a-t-il pas reçu l’onction de l’arrogance des mains de ceux qui font les Premiers ministres dans le richissime domaine privé du haut de la falaise surplombant le fleuve aux grandes eaux ?

Réunie récemment au domaine de Sagard, autour de la Table ronde des chevaliers d’industrie et de la finance, ils ont désigné le prétendant politique vassal qui lui succédera. Ti-Jean répudié mais quand même décidé à livrer ce qu’il a promis, suit son chemin avant que d’être congédié.

ILS NE VEULENT PAS FAIRE «LEUR PART» POUR LES RICHES

Ce ne sont que des jeunots délurés, pense-t-il; inconscients et irresponsables, pense-t-il; qui lui ont barré la route vers un nouveau mandat, pense-t-il; qui refusent de faire « leur part » pour sortir les milliardaires de Sagard de la misère pense-t-il. Ces jeunes sont convaincus qu’ils ont assez donné – particulièrement leurs parents ouvriers - travailleurs – chômeurs – petit-bourgeois paupérisés. Ces jeunes effrontés refusent de verser 1778 $ par année pour le profit de ces milliardaires « appauvris » par leurs crises économiques successives; vous savez ces constructeurs de routes, de ponts, d’hôpitaux, de complexes municipaux et autres prévarications qui sont légion en cette fin de régime. Le Président de Rio-Tinto Alcan est présent, qui tend la main et reçoit ses 75 millions de subventions des mains du représentant du gouvernement : il apprécierait ce Président que les étudiants fassent « leur part » pour le bénéfice de ses actionnaires. Ils sont des dizaines ainsi à se presser dans l’antichambre de la corruption, à inciter Ti-Jean l’ébouriffé à écraser ces jeunes révoltés.

TI-JEAN A SON PLAN

Depuis le début de ce combat, Ti-Jean l’ébouriffé avait espéré qu’ils allaient s’essouffler pensait-il; sa tactique avait consisté à nier. Puis, dix semaines de grève et 300 000 grévistes plus tard, il consentit à discutailler, mais jamais des droits de scolarité, juste de quoi gagner du temps car, pensait-il, ils allaient s’essouffler. Observant que les jeunes ne s’effondraient pas, il pensa que ses cerbères allaient leur faire leur affaire – les limiers de l’insécurité enragés déguisés en Robocop, largués par camions, chevaux, autos, motos, bicyclettes, hélicoptères, ne firent pas dans la dentelle et y mirent tout leur zèle. 1000 arrestations et 800 blessés et estropiés plus tard, ils allaient s’essouffler, pensait-il; mais rien n’y faisait, alors Ti-Jean le sortant eut une idée – il était ministre de la jeunesse tout de même. Il ordonna aux juges et aux tribunaux de se compromettre et de réaliser par la loi ce qu’il ne parvenait pas à faire avancer par l’effroi.

L’INJUSTICE DES RICHES

Les juges à la solde, l’avant dernier rempart de la loyauté envers les puissants de Sagard, où quelques privilégiés ont été reçus en audience, reconnaissants de pouvoir contempler la Légion d’honneur du seigneur des lieux, heureux de baiser l’anneau et de ployer le genoux devant le pontife de l’assemblée des riches. Les juges se mirent vaillamment de la partie et jetèrent de ce côté-ci de la balance d’injustice leurs misérables injonctions de chiffon, espérant stopper la marée humaine des indignés – outrés – désillusionnés à propos de la justice des milliardaires.

Cinq cents injonctions plus tard, ils allaient s’essouffler, pensa-t-il ! Eh bien non, son dauphin s’approchait déjà et Ti-Jean n’avançait pas d’un pas. S’il ne parvenait pas à créer l’illusion d’une solution, il recevrait une sommation de se présenter au château de Sagard – devant la table de ses pairs – rien d’autre en mains qu’une masse de révoltés refusant de faire ce que leurs pères avaient toujours fait avant eux : payer et se la fermer.

ÉTUDIER PENDANT UNE GRÈVE DES ÉTUDES ?

Empêcher les jaunes étudiants « scabs » de suivre leurs cours pendant une grève votée par la majorité est un devoir pour les Partisans qui doivent faire appliquer les décisions de l'assemblée générale, coûte que coûte. Sinon, inutile de faire grève comme chaque ouvrier en conviendra. Plutôt qu’une loi anti-scab Ti-Jean a concocté une loi pour protéger les « scabs » !

À propos des casseurs - des communistes - des étrangers malfamés, infiltrés, voilà une vieille rengaine chauvine ressortie d’une époque ancienne. Cette théorie paternaliste-journalistique voudrait laisser croire que les Québécois sont des moutons dociles, soumis, ataviques, résignés, prêts à la tonte; elle voudrait laisser croire que s'il y a de la résistance aux injustices et une guerre de classes pour défendre le droit à l'éducation pour tous, c'est obligatoirement le fait d'étrangers malveillants – le fait de casseurs infiltrés - qui ne peuvent pas refléter « nos » valeurs en la Vierge Marie et au Frère André (ce furent des arguties déclamées pendant la grève de l'amiante dans les années cinquante).

Vous en conviendrez, cette rengaine des infiltrations est ancienne et elle méprise notre peuple. Nous sommes à majorité des révoltés, des opposants enragés contre le crime consistant à nous transférer sur le dos le coût de leur crise économique et de leur faillite. Que Sagard assume sa crise, désolé si les profits des Desmarais ne sont pas aussi élevés qu’espéré; ceux de Bombardier aussi, et pour les profits des banques et bien tant pis! Que les riches payent et qu'ils se débrouillent avec leurs crises en rafale, nous ne payerons pas.

RACAILLE JOURNALISTIQUE ET ANALYSTES À LA SOLDE

Je sais que l’on m’en voudrait d’oublier les chiens de garde du régime – les prêtres assesseurs – les Fous des puissants – caméra au poing comme une arme sélectionnant minutieusement les images capables de faire paraître coupable le moutard innocent et d’attirer la pitié sur le policier casqué – masqué – armé – blindé – protégé par ses coéquipiers meurtriers.

Derrière ce compère à la caméra austère, trottine et vitupère le reporter à la langue de vipère, quêtant l’aveu de violence de l’étudiant menotté, isolé, presque nu dans les rues de la ville, éperdu, bloqué, encerclé, matraqué, un caillou entre les genoux, « l’assassin ». Le reporter a trouvé un enfant pleurant dans un coin, une pierre à la main, sous un hélicoptère battant l’enfer – la voilà la violence des manifestants étalée dans toute sa crudité – provocante – capable d’ébranler les fondements de cette société que lui, l’affidé bien payé, veut tant préserver. Il a eu tant de mal à le dégoter cet emploi de journaliste servant, pour ne pas se le laisser chiper par le premier venu plus soumis, plus flagorneur que lui; alors ils crient, le Poirier, le Roy, le Lester, le Mario, le Pratte, le Lapierre, le Martineau et autres misérables : « Qu’on le pende cet enfant, qu’on les pende tous avant qu’ils ne nous aient fait perdre nos emplois fragiles. Voyez, patrons Desmarais, Péladeau, Charest, Harper, je bègue plus fort que tous les autres aspirants. ».

Tous les jours sur les chaînes télé, chaque matin dans les quotidiens, les relayeurs des scribouilleurs sur le terrain, les experts en tout et en rien du tout, faisant fi de leur déontologie et de leur feuille de vigne d’objectivité, se transforment en éditorialistes et s’appesantissent sur la « nouvelle », cherchant à lui faire dire le contraire de ce qu’elle appelle.

« Le gouvernement indifférent a tout fait pour s’entendre avec les étudiants, disent-ils. Les étudiants ont tout fait pour perdre leur session, leur argent et leur avenir. Ils veulent étudier « pour ne pas étudier » et n’être jamais diplômés, disent-ils. Les jeunes se battent très fort pour la gratuité scolaire, juste pour faire l’école buissonnière, disent-ils; et autres salmigondis, disent-ils ».

L’ÉTONNEMENT DES BIEN PENSANTS

Comprenez l’étonnement de tous ces bien-pensants. Ces jeunes gens ne respectent ni monsieur le Premier Ministre, ni son excellence le milliardaire en coulisse, ni les députés dévoyés, ni les juges soudoyés, ni les journalistes enrégimentés, ni les policiers armés-meurtriers, ni les recteurs surpayés, ni les spéculateurs contributeurs, ni les maires prévaricateurs, ni les analystes enragés. Mais à la fin, qui respectent-ils ces étudiants ? Leur père ouvrier, leur mère mortifiée, leurs camarades solidaires – grévistes pour la justice et contre la hausse des droits de scolarité - toutes gens inconnues que l’on a jamais vues à la télé de Péladeau ni dans la grosse Presse à Desmarais, ni à Radio-Can à Harper.

Et ces biens pensants de pontifier : « Nous, pauvres gens, nous avons toujours ployé l’échine devant les puissants, pourquoi ces enfants ne peuvent-ils en faire autant ? Ils ne peuvent vaincre les anges de la mort – nous avons essayé et nous avons été écrasés, ils le seront tout autant ».

Jean Charest sait que sa carrière politique se termine ici, qu’à Sagard ils ont déjà décidé de le congédier pour son incapacité à gouverner, qu’il faudra rapidement le remplacer et qu’il ne lui reste que l’indignité de transmettre à son successeur cet héritage désastreux. Pourtant, il doit gagner du temps pour préparer la place de son adjudant. Voilà pourquoi il édicte sa « Loi 78 » pour mépriser – casser – écraser ces jeunes qui pourtant ne peuvent être vaincus.

Dans un mois, dans six mois, dans deux ans, dans cinq ans, ils reprendront le combat, à moins que la société québécoise ne se résigne à vivre éternellement sous cette loi des mesures de guerre qui ne dit pas son nom. Et même sous cette loi, la résistance est encore possible, le maquis urbain menace tous ces larbins qui demain se demanderont ce qui survient soudain au pays de Maria Chapdelaine, du Survenant, de Ti-Coune Charest et des Partisans.

Ti-Jean prétend vouloir assurer l’accessibilité de l’éducation pour tous et, pour ce faire, il présente une loi ignoble (Loi 78), mais alors pourquoi attaquer l’accessibilité à l’enseignement par une hausse des droits de scolarité qui chassera plus de 7000 étudiants par année des universités ?

Simple, Ti-Jean, décrète le gel des droits de scolarité et le tour est joué. Si ce n’est pas toi ce sera ton Juda qui le fera. Les jeunes peuvent être matraqués mais ils ne peuvent être battus.

 


NE TOUCHEZ PLUS À NOS DESCENDANTS, MANANTS!

 

FIN DE RÉGIME À QUÉBEC - NE TOUCHEZ PLUS À NOS ENFANTS, MANANTS !


(Signé par un carré rouge et blanc)

 

 

Voir aussi :

 

par Serge CHARBONNEAU
Le Québec est-il en train de basculer dans la dictature ? Cette question se fait de plus en plus de circonstances ! Depuis ce soir (18 mai), on peut de moins en moins "causer", parce qu’aujourd’hui on a voté une loi qui dit : « Ferme ta gueule ! » Pour tenter de mettre fin au conflit étudiant qui dure depuis déjà 15 semaines, le gouvernement néolibéral autoritaire de Jean Charest vient d’adopter une loi limitant la contestation, la liberté de parole et le droit de se rassembler. Non seulement pour (...) lire la suite

par Gaëtan PELLETIER
La délection – pardon, délectation, de la délation Selon l’amendement présenté ce matin, tout organisateur d’une manifestation de 25 personnes ou plus devra fournir aux policiers, 8 heures à l’avance, l’itinéraire et la durée de cette sortie. Le projet de loi 78 prévoyait à l’origine la même obligation, mais pour une manifestation de 10 personnes ou plus. (Corrigeons : 50) Loi 78 Cliquer pour... moins de clarté mais plus de détails. Le Québec vient de faire un plongeon dans l’art de charcuter la (...) lire la suite
Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:18

 

 

 

La ville de Francfort en quasi-état de siège depuis 3 jours pour protéger la BCE des manifestants

Publié le 19 mai 2012 

La ville de Francfort en quasi-état de siège depuis 3 jours pour protéger la BCE des manifestants

Au cours d’une longue conversation téléphonique que je viens d’avoir avec l’un des adhérents de l’UPR, qui est un Français expatrié à Francfort, celui-ci m’a confirmé qu’en ce 19 mai après-midi, tout le centre ville est vide de voitures et occupé par des dizaines et des dizaines de véhicules de police, ainsi que par des policiers à cheval.

C’est aujourd’hui le 4ème jour que les abords du siège de la Banque Centrale Europénne (BCE) est la cible de manifestants du mouvement « BLOCKUPY », qui sont tenus à une large distance du gratte-ciel de le BCE.

Environ 20.000 personnes selon la police (et plus de 25.000 selon les organisateurs), défilent ce samedi après-midi dans le calme dans le centre-ville de Francfort, la capitale financière allemande pour protester contre les programmes d’austérité européens.

Cette manifestation est la seule à avoir été autorisée par la municipalité et la justice allemande dans le cadre d’un programme du « collectif d’organisations anti-capitalistes » Blockupy Frankfurt initialement prévu sur quatre jours, de mercredi à samedi.


INFORMATIONS EXCLUSIVES UPR


===================== 

1°) Chose remarquable et cachée par tous les médias, la BCE a demandé à tous ses employés de rester chez eux et de ne pas venir travailler depuis 3 jours.

C’est du jamais vu depuis que la BCE existe.

—————————-

2°) Autre chose remarquable, les autorités de la BCE ont proposé au Conseil des gouverneurs, qui devait se réunir jeudi, de se réunir exceptionnellement dans les locaux de la Bundesbank, situés plus loin de l’épicentre des manifestations. 

Cette proposition a été rejetée sèchement par les gouverneurs de plusieurs banques centrales nationales d’autres pays (qui font partie de l’Eurosystème), qui y voyaient la preuve d’une tutelle de plus en plus lourde de la Bundesbank sur la zone euro.

C’est à ce genre de petits « détails » que l’on mesure le degré d’aversion croissante – sinon de haine latente – que l’euro est en train de provoquer entre tous les États de la zone.

 


QUELQUES PHOTOS CACHÉES PAR LES MÉDIAS FRANÇAIS

 

 

.

L’accès à la BCE est rendu impossible par des cordons de forces de l’ordre :

Certains manifestants réclament notamment la suppression du Pacte fiscal et budgétaire européen :

Nombreux sont les manifestants qui réclament le retour de la démocratie et qui se prévalent pour cela de la Constitution de la République Fédérale d’Allemagne (Grundgesetz en allemand), qu’ils brandissent à la face des policiers  :

Au cours des jours précédents, quelques milliers de personnes s’étaient rassemblées dans le centre-ville ces derniers jours pour braver les interdictions et faire entendre leurs protestations, un acte de désobéissance civile qui s’était soldé par plusieurs centaines d’interpellations par la police, notamment vendredi :

 

Il est à noter que les médias français ont gardé un silence quasi-complet sur ces jours consécutifs de manifestations, ce qui est d’autant plus choquant qu’elles se produisaient au moment même (16 mai) où François Hollande se rendait à Berlin pour rendre visite à la Chancelière Merkel :

 

Voyage de M. Hollande dont il n’est d’ailleurs strictement rien ressorti de concret.Sauf, bien entendu, de bonnes paroles, comme je l’avais prévu.


 François ASSELINEAU

 

 

 

.

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 10:00

http://www.afriquemonde.org/UserFiles/Collectif-Cour-Penale-Internationale-Livre-896268070_ML.jpg

 

http://www.afriquemonde.org/UserFiles/Collectif-Cour-Penale-Internationale-Livre-896268070_ML.jpg

 

Pétition Plainte contre M. Nicolas SARKOZY devant la Cour Pénale Internationale (CPI)




L’assassinat du chef de l’Etat libyen grâce à l’intervention de l’armée française est une honte pour la France.

Les bombardements sur les populations civiles en Libye comme l’intervention scandaleuse des troupes françaises en Côte d’Ivoire à l’instigation de Nicolas SARKOZY marquent - plus qu’une rupture diplomatique - la participation à une véritable entreprise criminelle d’Etat.

Les crimes commis à l’encontre de civils comme l’assassinat d’un chef d‘Etat appellent la mise en cause pénale des responsables politiques français.

Les Clubs « Penser la France » ont décidé de réunir un collectif d’avocats français et étrangers en vue d’étudier un dépôt de plainte contre M. Nicolas SARKOZY devant la Cour Pénale Internationale.

Accessoirement, les Clubs « Penser la France » vont saisir l’ensemble des parlementaires français d’une demande d’ouverture d’une procédure devant la Haute Cour conformément aux articles 67 et 68 du titre IX de la Constitution de la Vème République.
Nous demandons à pouvoir déposer plainte contre M. Nicolas SARKOZY devant la Cour Pénale Internationale (CPI)

.
URL de cette brève 2355
.
.
Repost 0

Présentation

  • : Jeunes-Actualité
  • Jeunes-Actualité
  • : La politique pour les jeunes - Dehors, l'Info officielle ! Bonjour l'Info non alignée, pour savoir ce qui se passe réellement, sans fard, sans mensonge ! Pas comme à la télé... Eva, journaliste, était chargée d'alimenter la rubrique jeunes d'un grand quotidien français..
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo, eva à 30 ans. 
Journaliste, Ecrivain, Blogueuse

evaresis@yahoo.fr
  • Photo, eva à 30 ans. Journaliste, Ecrivain, Blogueuse evaresis@yahoo.fr

Texte Libre

Recherche

Archives