Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 09:52

 

 

 

 

http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=1188604

http://cdn.pearltrees.com/s/preview/index?urlId=1188604

 

 

 

La fable de Louis Even.

L’île des naufragés 

 

 

 

Cliquer sur les liens

 

 

et pour comprendre le mécanisme

contre les peuples, aujourd'hui,

des extraits de

la Lettre d'un Maire

aux Elus français:

 

.

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1275366-1670808.jpg?v=1290015258

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/1275366-1670808.jpg?v=1290015258

 

 

.

 

Objet : Les difficultés économiques croissantes des pays de

la zone euro et les événements récents me conduisent à certaines

réflexions que je souhaite soumettre à votre sagacité, mais aussi

à votre conscience.

 

1- Les présidentielles


Comme vous le savez, les ‘’grands électeurs’’ ont en ce moment la

lourde responsabilité de donner ou non leur parrainage à un des candidats

à l’élection présidentielle. Soucieux de ne pas gaspiller le mien en pure perte, je me suis intéressé de près à toutes les informations qui pourraient m’aider à faire un choix.

 

2- La création monétaire


Il y a un problème qui m’a toujours interpellé, c’est la création monétaire

et l’opacité qui règne autour des explications de certains économistes.

Au fil de mes recherches, j’ai découvert des informations que

j’ignorais et que l’immense majorité de nos concitoyens

ignorent aussi. Ces informations me paraissent fondamentales

pour comprendre les causes profondes de la dégradation

continuelle de notre économie depuis

40 ans (L’augmentation du chômage et des régressions sociales

étant les conséquences de cette dégradation).

C’est en raison de la confiance que je vous accorde que je me

permets de vous faire part de l’état actuel de mes réflexions et

de vous confier mes questionnements.

 

3- Le crédit social de C. H. Douglas


Je propose de partir du concept ‘‘Le Crédit social ’’de Clifford

Hugh Douglas (1879-1952) C’était un ingénieur comptable

Ecossais. (Les textes en italique sont des emprunts extérieurs)

 

(..) 

 


Dans la vision de C.H. Douglas c’est le pouvoir régalien

des états de battre monnaie qui permet la création du

dividende national. Ce dividende est injecté dans le système

gratuitement (celui qui reçoit ce dividende n’a pas à le

rembourser ni à payer d’intérêts sur celui-ci).


4- Louis Even


Louis EVEN (1885-1974) http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_

Even était un philosophe et un religieux canadien il s’est inspiré

du crédit social de Douglas pour développer des variantes

diverses dont l’une des plus  connues est le mouvement créditiste.

Pour illustrer de façon très pédagogue le fait que la monnaie

devrait être au service des échanges donc au service du peuple

qui produit la richesse par son travail il écrit une fable «L'Île des

naufragés» fort instructive pour comprendre le mystère de

l'argent. Pour la cohérence du document papier j’ai reproduit

l’intégralité de la fable à la fin du document

prise sur : http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm


Le conte en question décrit parfaitement la situation des pays

de l’UE. En quelques lignes :


Les 5 naufragés débarquent sur une île…Ils produisent ce dont

ils ont besoin….Ils sont obligés de faire du troc, car ils n’ont

pas de monnaie… Le troc ce n’est pas très pratique…Un

6ème naufragé débarque, c’est un banquier… Ce banquier

à la demande des naufragés, propose de leur prêter à chacun 200$

pour leur permettre de faire les échanges, mais comme l’argent

appartient au banquier, celui-ci le prête avec un intérêt de

8% /an… Évidemment, ce qui devait arriver arriva et à la fin

de l’année impossible de trouver 1080$ pour rendre au

banquier, mais le banquier a une idée…. il propose que les

naufragés ne remboursent pas le capital, mais seulement qu’ils

payent les intérêts…


Lire la fable complète à la fin du document….


D’un point de vue macroéconomique, notre dette abyssale

ne pourra jamais être remboursée,

car les intérêts de cette dette n’ont jamais été créés par

les banques. De plus (courrier du maire au sénateur

.doc Page 3 sur 20) environ 90% de cette dette correspond

à de l’argent scriptural (donc créé ex-nihilo) ce qui pose

la question de la légitimité réelle des intérêts perçus

par les banques privées. Mais le système a tout prévu,

car la dette est constamment renégociée, elle passe de

main en main et je doute qu’il soit aisé de dire à

un investisseur étranger d’aller s’asseoir sur ses créances

qui sont peut-être issues de dépôts réels.


Louis Even, en 1962 lors d’un petit discours montre d’une autre façon

l’absurdité de la dette publique. http://www.youtube.com/watch?v=VJCIEsjhK_A


5- Maurice Allais


Maurice Allais (1911-2010) prix Nobel d’économie http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Allais a aussi

soutenu le crédit social de Douglas. Mais il était aussi

un anti mondialiste. Dans le document,

l’Europe en crise que faire ? Réponse à 4 questions,

il écrit ce qui suit :


L'aveuglement de nos dirigeants politiques

Au regard de l'ensemble de l'évolution constatée de 1974 à 2004,

soit pendant trente ans, on peut affirmer aujourd'hui que cette

évolution se poursuivra si la politique de

libre-échange mondialiste de l'Organisation de Bruxelles

est maintenue.


En fait, toutes les difficultés pratiquement insurmontables dans lesquelles

nous nous débattons aujourd'hui résultent de la

réduction d'au moins 30 % du Produit national brut réel

par habitant d'aujourd'hui. La prospérité de quelques groupes

très minoritaires ne doit pas nous masquer une évolution

qui ne cesse de nous mener au désastre.


L'aveuglement de nos dirigeants politiques, de droite

et de gauche, depuis 1974 est entièrement responsable

de la situation dramatique où nous nous trouvons aujourd'hui.

Comme le soulignait autrefois Jacques Rueff : "Ce qui doit arriver arrive".


Toute l'évolution qui s'est constatée depuis 1974 résulte

de l'application inconsidérée et aveugle de l'Article 110

du Traité de Rome du 25 mars 1957 constamment repris

dans tous les traités ultérieurs :


Article 110

"En établissant une union douanière entre eux les Etats membres

entendent contribuer conformément à l'intérêt commun

au développement harmonieux du commerce mondial,

à la suppression progressive des restrictions aux échanges

internationaux et à la réduction des barrières douanières".


En fait, pour être justifié l'Article 110 du Traité de Rome

devrait être remplacé par l'article suivant :

"Pour préserver le développement harmonieux du commerce

mondial une protection communautaire raisonnable doit être

assurée à l'encontre des importations des pays tiers dont les

niveaux des salaires au cours des changes s'établissent

à des niveaux incompatibles avec une suppression de toute

protection douanière".


http://allais.maurice.free.fr/Cliquer%20pour%20chargement.pdf

http://allais.maurice.free.fr/index.htm

http://monnaie.wikispaces.com/Proposition+M.+Allais


Et parlant de la création monétaire :


Dans un article du quotidien Le Monde (du 25/10/1988),

Maurice Allais, prix Nobel 1988 d’économie, déclare qu’il

n’y a pas de différence aujourd'hui entre le métier de faux-monnayeur et celui de banquier.  Peut-on être plus clair ?


6- Une évidence se dégage


a- La monnaie sert aux échanges. Le pouvoir régalien des états

est de pouvoir battre monnaie pour financer certaines dépenses

publiques. En régulant la création monétaire en fonction de la

croissance et d’autres facteurs, l’état maintien l’équilibre

pour que les biens produits puissent être achetés par ceux qui les

fabriquent. Trop de monnaie c’est l’inflation qui profite aux plus

pauvres (leurs emprunts deviennent plus faciles à rembourser),

pas assez de monnaie c’est la récession qui

profite aux plus riches (la monnaie devenant rare ne se déprécie

pas). Cette création monétaire même si elle est faible doit impérativement

être gratuite pour 2 raisons


- Elle appartient à ceux qui produisent la richesse donc à ceux qui travaillent.

- Accepter de payer un intérêt sur cette création monétaire, c’est s’imposer

un impôt à vie qui va croître de façon exponentielle.


b- Un autre pouvoir des états est de contrôler le libre échange, de pouvoir

interdire certains mouvements de capitaux, voire

d’interdire les délocalisations. Sans contrôle les multinationales

vont obligatoirement délocaliser pour abaisser les coûts

de production. Les travailleurs français sont mis en concurrence

avec des travailleurs sans protection sociale donc les régressions sociales

deviennent obligatoires pour concurrencer ceux qui

n’en ont pas.


7- La constitution européenne


 Tout ceci est la vision d’une économie au service du peuple, malheureusement

la construction Européenne impose l’inverse

par : L’article 104 du traité de Maastricht,

puis par l’article 123 du traité de Lisbonne

 

 

Un coup d'Etat politique et financier en 4 actes :


 

 1  -  1er acte : La France privatise la création monétaire


En 1973, le ministre des finances Valery Giscard D’Estaing

(sous la Présidence de Pompidou, ancien directeur général

de la banque Rothschild) modifie les statuts de la Banque

de France à travers la loi 73-7pour lui interdire de faire des

avances ou des prêts à l’Etat.


2  - 2e acte : On Européanise cette règle


En 1992, l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la

BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des

avances ou des prêts aux États ou aux Collectivités Publiques.

Cette loi s’étend donc à toute l’Europe.


3 - 3e acte : La règle passe dans la proposition de constitution

européenne.


L’article 123 du traité de Lisbonne reprend mot

pour mot le libellé de l’article 104 de traité de Maastricht.


4 - 4e acte : Sarkozy bafoue 200 ans de démocratie Française


Le traité de Lisbonne a été adopté en France par Mr Sarkozy

le 04 février 2008 alors que le référendum sur la constitution

européenne avait été rejeté en 2005 par 53% des Français


http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/traite-de-lisbonne-

article-123-le-75113


Et pour couronner le tout un libre échange sans plus aucun

contrôle

   

Article 63 du traité sur la constitution européenne


 

Article 63 (ex-article 56 TCE)


1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre,

toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre

les États membres et entre les États membres et les pays

tiers sont interdites.


2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre,

toutes les restrictions aux paiements entre les

États membres et entre les États membres et les pays tiers

sont interdites


8- Problème de la croissance


En plus du problème des intérêts qui ne sont pas créés,

il y a autre chose d’extrêmement dérangeant dans le système

économique actuel. Afin de pouvoir rembourser ces intérêts

croissants, il faut de plus en plus de richesses donc, nous

disent les économistes, il faut une croissance forte. Mais une

croissance constante entraîne une augmentation exponentielle

du PIB. En même temps les mêmes penseurs prônent un développement

durable. Pour penser qu’un PIB qui croît à

l’infini est (courrier du maire au sénateur.doc Page 5 sur 20)

compatible avec un développement durable, il faut, disait

je ne sais plus qui : être un fou ou un économiste.


9- La dette publique source de l’INSEE


Le graphique ci-après provient de l’INSEE

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF08318


(courrier du maire au sénateur.doc Page 6 sur 20)

Bien sûr, il serait intéressant de connaître la part des

intérêts payés entre 1979 et 2010. J’ai cherché

succinctement sans résultat. Finalement, j’ai trouvé

un site qui s’était posé la même question :

http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque


Explications préalables

Il y a quelques années, j’avais demandé à l’INSEE de

me fournir le montant exact et précis des intérêts payés

chaqueannée au titre de la dette « au sens de Maastricht »

pour l’ensemble des Administrations Publiques (les « APu »

dans le jargon administratif)… Leur réponse négative

m’avait poussé à « reconstruire » ces montants à partir

des taux d’intérêt moyens fournis par la Banque de France,

et c’est cette reconstruction qui a été à la base des différents

calculs que les lecteurs peuvent trouver ici ou là dans

les articles ou les livres [« La dette publique, une affaire

rentable » (ed Yves Michel) , « Les 10 plus gros mensonges

sur l’économie » (nouvelle édition 2010, ed Dangles), et

le dernier paru » Argent, dettes et banques« , (ed Yves Michel)]

que j’ai publiés sur la question.


La sortie récente du « RAPPORT SUR LA SITUATION

DES FINANCES PUBLIQUES »

( http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics

/104000234/index.shtml )

m’avait donné espoir que ces données étaient maintenant

disponibles…


J’ai donc demandé à nouveau à l’INSEE de me fournir

ces informations. Malheureusement, voici leur réponse

(tout à fait incroyable alors qu’on nous sature partout avec

le problème du poids de la dette) : « L’information recherchée

(charge de la dette) ne correspond pas à un agrégat de la

comptabilité nationale et ne figure donc pas dans les résultats

publiés »


Nous n’avons pas le droit de savoir comment s’est constituée

cette dette gigantesque, mais grâce à elle et au chômage

qui en découle nous avons le devoir de la faire baisser

en acceptant les régressions sociales, la perte du pouvoir

d’achat, les privatisations, etc


Bref au final après recoupement des données de la Banque

de France et de l’INSEE la personne a pu établir le graphe

ci-dessous http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque


Ce graphe est en euros constants d’où l’écart sur les

premières années avec le tableau de l’INSEE qui est en

euros courants.

 

Sans l’abandon de la création monétaire aux banques

privées, la dette publique n’aurait jamais connu l’inflation

actuelle.


 En 2007 la dette aurait été quasi nulle. Depuis 1979

c’est la puissance de la fonction exponentielle des intérêts

qui a fait croître la dette.

 

 

(..)

 

la dette colossale de la zone euro ne sera jamais remboursable

de façon globale pour trois raisons :

 

- Cette dette est illégitime, car avec les réserves fractionnaires,

90% de l’argent est créé ex nihilo.


- Les intérêts ne sont pas crées par les banques.


- Les intérêts augmentent de façon exponentielle.


(La première raison est d’ordre déontologique les deux autres sont

d’ordre arithmétique)


L’argent créé ex nihilo c’est l’argent dette créé par une

simple écriture comptable.

 

(..)

 

Les banques privées fabriquent la monnaie nécessaire

et la prêtent aux états moyennant un intérêt à vie.

Impossible de rendre le capital, car il est nécessaire aux

échanges. Donc, la dette va augmenter de façon exponentielle.

 

(..)

 

Le peuple a éé trahi par ses élus ! 

 

 

(..) 12- La plus grande supercherie de tous les temps


a- On interdit aux nations de frapper leur propre monnaie.


b- On autorise les banques privées de le faire à leur place

moyennant intérêt.


c- On interdit aux nations de contrôler le libre échange.


d- Avec la monnaie unique, on impose un euro fort.


e- L’euro fort affaiblit les pays les plus faibles.


f- La délocalisation entraîne des déficits budgétaires.


g- Les déficits budgétaires entraînent des emprunts.


h- La dette croît de façon exponentielle pour tous les pays

de la zone Euro.


i- Un petit coup de main par les agences de notation

qui font grimper les taux d’intérêt du pays de leur choix,

par des prédictions auto réalisatrices  (Note d'eva : A force

d'être claironnées, elles finissent par se réaliser. Comme les

sondages, sans cesse martelés, font... l'élu !)

(Les agences annoncent  que la note de la France et d’autres

pays va probablement encore baisser, car les perspectives

économiques ne sont pas favorables sic).


j- Il faut bien faire attention d’attaquer les états les plus

faibles, ainsi les grands penseurs européistes pourront dire

que la faillite est due aux manques de compétitivité à la

fainéantise du peuple, etc.


k- Les états attaqués par les spéculateurs se retrouvent

en cessation de paiement ou ne tardent pas à l’être.


l- On force les autres pays de la zone EURO à financer

leurs dettes (MES)


m- Les autres pays en finançant une dette fictive

s’appauvrissent et deviennent ainsi les nouvelles

proies des spéculateurs.


n- Avec, plans d’austérité sur plans d’austérité, on arrive

à économiser des sommes considérables pour financer la dette,

mais ce n’est pas suffisant.


o- Il faut maintenant que la Grèce vende son patrimoine,

il faut privatiser pour tout vendre aux Chinois mais aussi à

des fonds de pension Américains. Cela a aussi commencé chez

nous.


p- M. Papandréou voyant son peuple ruiné ne veut plus

appliquer de plan d’austérité supplémentaire. Il propose un référendum pour savoir si les Grecs sont prêts à quitter

l’Europe.


q- M. Papandréou démissionne (mise sous tutelle de la Grèce).


r- Il est remplacé par M. Papademos non élu, un ancien

de la banque Goldman Sachs, qui a camouflé la dette

Grecque et qui a ensuite parié sur son effondrement.


s- A qui le tour ???

 

 

 

  Les textes complets ici :

 

 

 

Voir aussi :

 

Mardi 13 mars 2012

 

http://2.bp.blogspot.com/-9Egkcnu7xL8/TtxLZ1VVNtI/AAAAAAAADAk/cyu9mZHobjc/s1600/banksters.jpg

 

 

 

François Mitterrand


Voilà ce que disait François Mitterrand à propos de

la guerre économique avec les Etats-Unis


"La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre

contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique,

une guerre sans morts. [...] Oui, ils sont très durs les

Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans

partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre

permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre

à mort." François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président français.

Commentaire lors d'un entretien privé avant sa mort, cité dans le

Courrier International du 13 Avril 2000

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jeunes-Actualité
  • Jeunes-Actualité
  • : La politique pour les jeunes - Dehors, l'Info officielle ! Bonjour l'Info non alignée, pour savoir ce qui se passe réellement, sans fard, sans mensonge ! Pas comme à la télé... Eva, journaliste, était chargée d'alimenter la rubrique jeunes d'un grand quotidien français..
  • Contact

Profil

  • eva R-sistons
  • Photo, eva à 30 ans. 
Journaliste, Ecrivain, Blogueuse

evaresis@yahoo.fr
  • Photo, eva à 30 ans. Journaliste, Ecrivain, Blogueuse evaresis@yahoo.fr

Texte Libre

Recherche

Archives